60% des terres arables non cultivées de la planète se trouvent en Afrique. L’agriculture est la principale ressource économique de nombreux pays africains, en dehors de ceux qui produisent et exportent des matières premières.

Le GIEC indique que l’agriculture contribue, dans une proportion de 20 à 30 %, au produit intérieur brut (PIB) des pays au sud du Sahara, et représente 55 % de la valeur totale des exportations africaines.

Dans l’AR5 (Assessment Report 5), le GIEC précise : « Presque partout en Afrique, l’exploitation agricole est entièrement tributaire de la qualité de la saison des pluies, ce qui rend ce continent particulièrement vulnérable aux changements climatiques ».

Les experts ajoutent que la fréquence accrue des sécheresses pourrait considérablement amoindrir les disponibilités alimentaires, comme ce fut le cas dans la Corne et le sud de l’Afrique, pendant les décennies 80 et 90.

Pour le GIEC, une élévation des températures hivernales moyennes, nuirait également à la production des cultures qui exigent des températures fraiches. « Il se peut que la productivité des pêcheries d’eau douce augmente, mais la composition des espèces de poisson pourrait être modifiée », prédit-il.

src: cop22.ma

Comments

comments