arton2278

Huit cent vingt-quatre millions de personnes à l’horizon 2030, et 1,2 milliard d’ici à 2060, sont menacées par la montée des eaux. Ce sont les conclusions d’une étude réalisée sur la base des travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), et publiée lundi 16 mai par l’ONG Christian Aid.

Depuis 2008, plus de la moitié de l’humanité vit en ville. Et selon les Nations unies, en 2050, la planète comptera 6,4 milliards d’urbains, soit 75 % de la population mondiale qui atteindra alors 9 milliards. Or, une grande partie de cette croissance urbaine a lieu en zones côtières, particulièrement vulnérables au changement climatique.

Les projections de l’étude reposent sur le scénario d’un réchauffement à 3 °C, correspondant aux « contributions nationales » remises par les Etats lors de la COP21. Des engagements qui devront être revus pour tenir l’objectif de l’accord de Paris de contenir le réchauffement « bien au-dessous de 2 °C ».

Si Calcutta est la ville la plus exposée, L’Asie est la région la plus menacée: la Chine (204 millions de personnes exposées en 2030), l’Inde (121 millions) et le Bangladesh (85 millions) sont les trois pays les plus menacés. En dehors de l’Asie, les Etats-Unis (34 millions) sont en 8eposition, les Pays-Bas (12 millions) en 19e position et le Royaume Uni (8 millions) en 22e position.

Comments

comments